top of page

Bye bye Doctolib: pourquoi j'ai quitté la plateforme leader de la prise de RDV en ligne

Je vous partage les raisons derrière mon départ de la plateforme leader du RDV en ligne.

Et spoiler: ce n'est PAS lié à la polémique qui a éclaté en Aout 2022 et a débouché sur le déréférencement des praticiens du bien-être de la plateforme (sophrologues, hypnothérapeutes et naturopathes): j'ai en effet mis fin à mon abonnement Doctolib fin juin 2022. Mais alors pourquoi ce choix ? D'aucun dirons que j'ai "senti le vent tourner"...


Fin des RDV sur doctolib pour les naturopathes

La réalité se révèle être un tout petit peu plus complexe, et j'avais à cœur de vous en faire part en toute transparence:


Raison n°1 - Le nombre d'annulations, déplacement de RDV de dernière minute, le nombre de "lapins" posés, les client.es "touristes":

Si ma présence sur la plateforme m'a indéniablement apporté de la visibilité et un plus grand nombre de demandes de RDV durant ma période d'abonnement, le taux d'annulation de dernière minute et de no-show était lui aussi extrêmement élevé, au point d'en devenir ingérable au quotidien. C'était devenu un stress pour moi de voir, la veille au soir, des RDV sauter. De recevoir des appels et SMS d'annulation 1h avant l'heure prévue. Et parfois même, rien du tout.

Je ne compte plus les jours où je me suis déplacée dans un cabinet que j'avais réservé "pour rien". N'ayant pas encore le volume de RDV me permettant de louer un cabinet à plein temps, ni la chance d'avoir mon propre cabinet à domicile, j'ai fait le choix de la flexibilité avec des locations à l'heure dans un coworking dédié au bien-être sur Nantes.


Cela n'a pas toujours été le cas, fort heureusement, Doctolib à aussi permis à des personnes merveilleuses de passer la porte de mon cabinet, et que j'ai la joie de continuer à suivre aujourd'hui.


Raison n°2 - La sensation de perte d'autonomie, de dépendance:

A mesure que je voyais mes demandes de rdv se concentrer sur la plateforme, j'ai eu peur de devenir dépendante de cette plateforme où se concentre toutes les données, les nôtres et celles de nos client.e.s. Avec un peu plus de recul, il me semble plus durable et plus sain de cultiver un éco-système me permettant de conserver autonomie et souveraineté sur mon activité.


Raison n°3 - Le prix:

Tout le monde ne le sait pas, j'ai encore des personnes dans mon entourage qui le découvrent, mais Doctolib est payant. Et 140€ par mois, quand on est fraichement installé et que l'on a pas le remplissage immédiat d'un médecin généraliste ou d'un dentiste, ça peut piquer. Je me suis "offert" quelques mois de test, que j'avais budgétisé, mais qui n'ont pas été à la hauteur, ni de mes attentes, ni des promesses de Doctolib.


Raison n°4 - La cohérence avec les valeurs que j'ai envie de véhiculer

On fait tous.tes des erreurs, on est pas toujours enclin.es à les reconnaître. Pour ma part, j'ai ressenti une profonde dissonance cognitive à encourager les personnes à prendre RDV en 2 clics, comme iels commanderaient un Uber ou leur panier pré-enregistré sur leur appli de courses en ligne.

Je n'ai pas envie de considérer mon travail comme un produit de consommation.

Je n'ai pas envie de faire la promotion d'une vision capitaliste du bien-être et de la santé et d'encourager les personnes à zapper un rdv pris avec eux-mêmes comme on change de chaine de télé.

J'ai conscience de l'attrait pour les plateformes de réservations, ayant moi-même eu recours à ce type de services à de nombreuses reprises pour des urgences ou pour pallier mes propres limites (quoi, 35 ans et toujours pas capable de téléphoner à son dentiste ?), mais je suis aussi pour remettre un peu plus d'humain dans tout cela.


En conclusion:

Cet épisode m'aura finalement permis de me recentrer sur ce qui compte vraiment pour moi et sur la manière dont j'ai envie de me rendre disponible.


Les évènements et polémiques qui ont jalonné l'été, puis la rentrée, jusqu'à la décision finale de Doctolib de supprimer les pratiques de bien-être, m'ont conforté dans mes prises de position Je ne suis pas choquée ni outrée de cette décision de la plateforme, après tout la promesse de Doctolib est de vous mettre en relation avec un.e praticien.ne de santé, ce que je ne suis pas.


Je déplore en revanche que Doctolib, quelques twittos anti-fakemed, les médias aient pu devenir les arbitres de ce match, sur un terrain laissé libre par les autorités qui se refusent à avancer sur le sujet de l'encadrement de nos professions. Je déplore le fait que Doctolib, fort de son pouvoir de leader ait succombé à l'appât du gain en offrant un jour de référencer les professionnels du bien-être aux côtés des professionnels de santé. Je doute fort que leur objectif ait été de promouvoir une vision intégrative de la santé, mais bien exclusivement d'augmenter leurs profits.


Je remercie toutes les personnes qui ont su faire preuve de patience et de capacité d'adaptation face à ce mode de fonctionnement sans Doctolib, à toutes les personnes qui ont sauté le pas et m'ont appelé ou m'ont envoyé un mail, et je vous dit à très bientôt !


A cœur ouvert, comme toujours,

Margot

44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page